Vous êtes ici : Collections Beaux-Arts >> Les Gueules d’enfer

Les Gueules d’enfer

Les Gueules d’enfer
Jean-François Chevalier
1986.10.1 – 1986.10.12
1986
Acier
H. : 200 cm, L. : 60 cm, P. : 60 cm




Jean-François Chevalier, artiste lorrain, réalise des travaux de sculpture, peinture et gravure ayant un lien direct avec la région lorraine, autant par leur thème que par l’emprunt de matières telles que le bois, l’acier, le cristal ou le papier.

Ayant vécu à proximité de l’usine de Pompey, Jean-François Chevalier fut marqué par les mutations industrielles et technologiques qui modelèrent le paysage de Meurthe-et-Moselle. Après des études à l’École nationale supérieure d’art de Nancy dans l’atelier de gravure d’André Vahl, il reçut le prix Quintard en 1970, puis le prix Galilée en 1980. Deux ans plus tard, Jean-François Chevalier fut nommé professeur à l’École supérieure d’art de Metz, où il forma un grand nombre de disciples tout en poursuivant son œuvre. Il participa à la grande exposition des galeries Poirel en 1989 et, en 1992, à l’hommage au graveur lorrain Jacques Callot. Au cours de sa carrière, l’artiste prit part à de multiples expositions individuelles ou collectives et plusieurs de ses œuvres intégrèrent des collections publiques.
En 1969, Jean-François Chevalier réalisa un recueil de gravures consacré à l’évolution de l’usine de Pompey. Fondée en 1872, l’usine ferma ses portes en 1986 : lors de la seconde moitié du XXe siècle, la minette lorraine, pauvre en fer, subit la concurrence décisive d’autres minerais, importés à moindre coût. En 1985, la proposition de Jean-François Chevalier d’effectuer un travail au sein des ateliers de la Société Nouvelle des Aciéries de Pompey fut acceptée. Après une série de fusains préparatoires, l’artiste grava au chalumeau décriqueur douze lingots d’acier, pesant chacun plus de quatre tonnes. Dans l’industrie métallurgique, ce type de chalumeau servait à ôter les défauts des lingots d’acier avant enfournement.

Après une présentation temporaire au Musée de l’Histoire du fer, les lingots furent implantés au bord de la Moselle. Le titre de l’œuvre découle du nom donné au lieu-dit de la confluence de la Meurthe et de la Moselle, la Gueule d’enfer, située à proximité de la commune de Pompey et de l’ancienne usine. Déposé le long de la Moselle, l’ensemble « Gueules d’enfer » constitue un hymne à la sidérurgie lorraine et à la mémoire ouvrière, témoignant de l’inventivité de Jean-François Chevalier et de son goût pour le monumental.

SOURCES :
- article « Lorraine » : www.universalis-edu.com/encyclopedie/lorraine/
- site JF Chevalier : jeanfrancoischevalier.com
- catalogue Graver l’acier, Musée de l’Histoire du fer