Vous êtes ici : Collections Beaux-Arts >> Tôlerie des Forges d'Abainville

Tôlerie des Forges d'Abainville

Tôlerie des Forges d'Abainville
François Bonhommé
Numéro d’inventaire 1994.8.1
1838
Huile sur toile
Dimensions : 53 x 156 cm


François Bonhommé (1809-1881) est un peintre de formation classique qui se détourne rapidement des sujets traditionnels de la peinture. Dès 1836, à la suite de la visite des Forges de Philippeville en Belgique, il se consacre à transcrire “la lutte de l’homme contre la matière”, fasciné par les mouvements et la lumière qui règnent dans les installations industrielles. Il présente au Salon de 1838 cette œuvre, qui parachève une série de 76 dessins réalisés au sein des Forges d’Abainville (Meuse) - une forge à l’anglaise des plus modernes en France - dont les portes lui ont été ouvertes par le propriétaire, Edouard Muel-Doublat. Le réalisme et la précision du détail que Bonhommé donne à cet ensemble constituent un témoignage exceptionnel sur la vie d’un établissement industriel au XIXe siècle.
 
Cette œuvre panoramique présente l’intérieur d’une des halles de production. François Bonhommé y reproduit avec précision les équipements techniques. Le métal est d’abord mis dans des fours à réchauffer (à gauche du tableau) puis laminé entre deux cylindres, aplati en tôle de fer ou découpé à l’aide de taillants en fers marchands et rails.
 
Ce tableau d'intérieur est éclairé par deux sources de lumière. Sur la gauche, le mur blanc du bâtiment, qui abrite la machine à vapeur de 100 chevaux construite par l’ingénieur Eugène Flachat, réfléchit la lumière du jour. Sur la droite, le travail du laminoir à tôles, particulièrement mis en scène avec le métal incandescent et les gestes des ouvriers, constitue véritablement le centre de la composition.

Le musée de l’Histoire du fer conserve également dans ses réserves les 76 dessins préparatoires de Tôlerie des Forges d’Abainville, représentant à la fois les lieux, les machines et les hommes.