Vous êtes ici : Collections ethnographiques >> Boîte de cacao Droste

Boîte de cacao Droste

Boîte de cacao Droste
1980.4.1
1905-1910
Fer blanc
H. : 14,5 cm, L. : 8,7 cm, P. : 8,7 cm
Don de M. Boulin




Cette boîte en fer blanc, conçue pour conserver du cacao, date du début XXe. Elle est ornée d’un blason comportant deux lions et d’une lithographie d’infirmière. L’initiale D fait référence aux chocolats de la maison Droste. L’infirmière représentée avait vocation à souligner l’effet bénéfique du cacao. La mise en abyme de l’image, réapparaissant sur l'emballage de cacao tenu par l'infirmière, est connue sous le nom d '«effet Droste». Initialement simples emballages alimentaires censés faire envie au consommateur, les boîtes de cacao Droste sont désormais devenues des objets de collection recherchés.

Pour préserver l’aliment ainsi que son goût, Nicolas Appert (1749-1841) inventa le procédé de la mise en conserve en 1796. La boîte de conserve en fer-blanc fut conçue par l’anglais Peter Durand (1766-1822) en 1810. En plus de conserver l’aliment, ce matériau résistant favorisa le développement du commerce à travers le monde, rendant le transport plus facile.

En 1863, Geraldus Johannes Droste ouvrit une boulangerie-pâtisserie à Haarlem, aux Pays-Bas. Dès ses débuts, le magasin vendait boissons et pastilles au chocolat. La notoriété de la maison Droste augmenta rapidement : la première usine fut créée en 1890. Faute de place, celle-ci fut rapidement amenée à déménager. La production de cacao en poudre et de chocolat commença alors véritablement. Geraldus Johannes Droste céda l’entreprise à ses fils en 1897. Malgré une concurrence croissante des fabricants de chocolat hollandais et étrangers, Droste parvint à se faire une place solide sur le marché du chocolat. Un an plus tard, la société obtint d’ailleurs le droit d'afficher sur ses produits les armoiries royales de la reine douairière Emma.
Au tournant du siècle, les exportations débutèrent en Europe. En 1905, le chocolat Droste fit son apparition sur le marché américain. Parallèlement, l’illustration d’une infirmière portant un plateau et une boîte de cacao Droste fit pour la première fois son apparition sur les produits. Indissociablement liée à la marque, l’image fut probablement inspirée du tableau La belle chocolatière réalisé en 1743 par l’artiste suisse Jean-Étienne Liotard (1702-1789) : en effet, au XVIIIe siècle, le chocolat était une denrée de luxe à la Cour de France.

 Suite à la Première Guerre mondiale, l’entreprise acquit une renommée internationale : des bureaux furent établis à Londres, Paris, Prague, New York, Chicago et Boston. De même, le marché s’étendit à la Russie et à l’Amérique du Sud. En raison d'une pénurie de matières premières, le cacao Droste peina à relancer ses ventes après la Seconde Guerre mondiale. En 1947, les petit-fils du fondateur prirent le relais à la tête de l’entreprise et relancèrent la production : dans les années 1960, 40 % de la production étaient exportés vers plus de 60 pays. En 1997, Droste fut vendu à la société allemande Hosta et implantée en tant que société indépendante à Vaassen. Aujourd’hui, l’entreprise continue d'élargir sa gamme de chocolats.