Vous êtes ici : Collections militaria / armement >> Cotte de mailles rivetées sans manches

Cotte de mailles rivetées sans manches

Cotte de mailles rivetées sans manches
1987.15.1
Vers 1380-1400, Allemagne (?)
Fer forgé, laiton
H. : 100 cm ; L. : 80 cm ; poids : 8,5 Kg


Une cotte de mailles est un équipement de protection composé d’une multitude d’anneaux reliés entre eux pour former un maillage serré mais souple, à la manière d’un tissu. Les anneaux sont généralement en fer, comme c’est le cas pour ce modèle datant de l’époque médiévale. La période d’invention de la cotte de mailles ainsi que son origine ne sont pas définies avec certitude ; il apparaît probable que les premiers exemplaires européens aient été l’œuvre des Celtes ou des Etrusques, entre le IVe et le IIIe siècle avant Jésus-Christ.

Ce type d’équipement est efficace contre les armes tranchantes (épées, poignards et autres lames), si les anneaux métalliques sont rivetés. En revanche, il n’empêche pas les fractures occasionnées par la violence des coups. La cotte de mailles est donc souvent associée à une armure plus robuste et sert à protéger les points faibles de ladite armure (par exemple au niveau des articulations).
Le Musée de l’Histoire du fer possède un modèle dont les anneaux de fer sont aplatis et rivetés selon une technique dite « à grain d’orge », ce qui signifie que les deux extrémités de l’anneau sont rattachées dans un même plan (l’une au-dessus de l’autre plutôt que côte à côte). Cette méthode renforce la solidité du maillage. L’ensemble des anneaux (environ 20 000 sur cet exemplaire) sont ensuite assemblés selon la technique du « six en un » : chaque anneau passe dans six autres. Cela permet d’augmenter la résistance de la cotte mais la rend également plus rigide et plus lourde à porter.

En Europe occidentale, l’utilisation des cottes de mailles s’est raréfiée avec la généralisation des armes à feu contre lesquelles cet équipement est peu efficace. Il demeure toutefois employé de nos jours dans certaines professions impliquant de travailler avec des objets tranchants, comme chez les bouchers et dans les abattoirs (un gant en cotte de mailles est d’ailleurs conservé dans les collections du musée). Pour l’anecdote, la cotte de mailles a même été utilisée en 1960 par le couturier Paco Rabanne pour créer une robe sortant de l’ordinaire.