Vous êtes ici : Génératrice type GC7

Génératrice type GC7

Génératrice type GC7
2013.0.164  1 et 2
1909
Fonte, acier, cuivre, laiton
65 X 105 X 50 cm


Un générateur électrique est un dispositif permettant de produire de l'énergie électrique à partir d'une autre forme d'énergie. Ces générateurs sont des machines tournantes avec une partie fixe (le stator) et une partie mobile (le rotor) tournant autour de la partie fixe. On distingue différents types de générateurs ; le plus fréquemment utilisé est l’alternateur : machine rotative qui convertit l'énergie mécanique en énergie électrique à courant alternatif (qui se répète à intervalles réguliers et change de sens deux fois par période). Grâce à ses différents éléments, la génératrice de type alternateur produit des tensions électriques de fréquence proportionnelle à sa vitesse de rotation. L’énergie ainsi produite peut ensuite être utilisée par l’industrie ou pour faire fonctionner des appareils domestiques, ou même des véhicules automobiles dans le cas des alternateurs embarqués.

La génératrice conservée au Musée de l’Histoire du fer pouvait effectuer 700 tours par minute et permettait de produire un courant de 115 volts. Elle a été commercialisée en 1909 par la société des Constructions Électriques de Nancy (CEN). L’entreprise alors très récente (création en août 1908) rencontre un vif succès lors de l’Exposition internationale de l’Est de la France. La génératrice conservée au musée a dans un premier temps été utilisée par une fabrique de pneumatiques à Clermont-Ferrand, avant d’être vendue à l'Établissement Thermal de Royat où elle est restée en service jusqu'en 1949. Elle se compose de fonte, d’acier, de cuivre et de laiton. Le cuivre étant un excellent conducteur d’électricité, on le retrouve très fréquemment dans les machines fonctionnant avec cette énergie.

La production de la société CEN a observé une croissance quasi continue entre 1909 et 1930, avec la fabrication de machines à courant continu et alternatif ainsi que de transformateurs. Elle s’est ensuite tournée vers des produits destinés aux usines chimiques, aux houillères et à l'industrie du pétrole à partir de 1950. L'entreprise fut longtemps considérée comme n° 1 français et n° 2 en Europe dans sa spécialité. Ses moteurs étaient exportés dans le monde entier, jusqu’au déclin de la société dans les années 1990 et sa fermeture en 2004.