Vous êtes ici : Collections scientifiques, techniques et industrielles >> Maquette de locomotive à chaudière tubulaire à deux essieux moteurs

Maquette de locomotive à chaudière tubulaire à deux essieux moteurs

Maquette de locomotive à chaudière tubulaire à deux essieux moteurs
1971.2.1
Fin du XIXe siècle
Acier, cuivre, laiton, bois, cuir, coton
H. : 61,5 cm, L. : 118 cm, P. : 48,5 cm


Au début du XIXe siècle, la lenteur des locomotives est telle qu’elles peinent à rattraper un coureur à pied. Une telle capacité est inadmissible pour effectuer des longs trajets ou transporter des voyageurs. Cette faiblesse des machines à vapeur n’échappe pas à l’ingénieur français Marc Seguin, déjà inventeur du pont suspendu à fil de fer.

Ce dernier, propriétaire d’une compagnie de halage (traction terrestre de bateaux) sur le Rhône, s’attèle donc à l’amélioration des machines déjà existantes et conçoit dès 1826 un procédé révolutionnaire : la chaudière tubulaire.

Après avoir été testée sur des bateaux, l’invention de Marc Seguin – brevetée en 1828 – peut dès lors s’appliquer aux réseaux ferrés. En multipliant le nombre de tubes des gaz de combustion dans le corps de chauffe et en ajoutant deux ventilateurs, la production de vapeur s’en trouve augmentée et la vitesse de la locomotive peut passer de 5 à 10 km/h. Une vraie révolution !

La maquette au 1/6ème est un modèle réduit exécuté à la fin du XIXe siècle, elle reproduit le premier modèle de locomotive de Marc Seguin construite pour le chemin de fer de Lyon à Saint-Etienne et mise en circulation le 1er octobre 1829. Même si perfectible, voilà la locomotive à vapeur dotée de ses principaux mécanismes pour les cent années suivantes !