Vous êtes ici : Collections scientifiques, techniques et industrielles >> Maquette de machine à vapeur de James Watt


Maquette de machine à vapeur de James Watt

Maquette de machine à vapeur de James Watt
1965.4.2
Fin du XIXe siècle
Cuivre, fer
H. : 17 cm, L. : 22,9 cm, P. : 19,5 cm

 


La machine à vapeur de James Watt a été créée en 1774. Au début de son parcours, James Watt fut chargé d’entretenir les instruments scientifiques de l’université de Glasgow. Il analysa alors en profondeur une maquette de la machine à vapeur de Thomas Newcomen et chercha à améliorer son rendement constatant que celle-ci perdait une grande partie de l’énergie thermique produite. Pour éviter cet inconvénient, il convenait de séparer le chaud du froid : l’innovation apportée par Watt fut la création d’un condensateur séparé. Watt réalisa ainsi une machine plus performante et plus économique, grâce à une meilleure utilisation de la vapeur.

En cette seconde moitié du XVIIIe siècle, de nombreuses mines de Cornouailles étaient au bord de la ruine du fait de la forte consommation de charbon des machines à vapeur. Watt décida de s’associer à l’industriel Matthew Boulton pour établir une production à grande échelle. Les premières machines furent rapidement vendues.

Néanmoins, Watt imaginait que la machine à vapeur pourrait servir à d’autres secteurs que les mines. Dans les manufactures, il était important que la vitesse d’une machine à vapeur soit la plus constante possible. Pour cela, il adapta une roue motrice (aussi appelée engrenage satellite et planétaire) qui permettait un mouvement rotatif régulier et puissant. Le régulateur à boules permettait, quant à lui, de réguler la vitesse de rotation.

Ce type de machine continue d’évoluer dans l’histoire des techniques, comme au début du XIXe siècle où les premières locomotives à vapeur sont créées. De petit format, cette maquette de la machine à vapeur de James Watt témoigne des avancées technologiques de l’époque. Pour cela, elle est un incontournable des musées de sciences et techniques, permettant la transmission de connaissances.