Vous êtes ici : Collections scientifiques, techniques et industrielles >> Panneau pédagogique Fabrication de l’acier, procédé Bessemer


Panneau pédagogique Fabrication de l’acier, procédé Bessemer

1986.11.8
Vers 1900
Armengaud Aîné
Peinture, papier, toile, métal
H : 52 cm ; L : 72 cm
Librairie CH. Delagrave, Paris


En 1855, dans le nord de l’Angleterre, l’ingénieur et métallurgiste Henry Bessemer (1813 – 1898) fit breveter l’une de ses dernières inventions : une technique d’affinage de la fonte brute permettant de fabriquer du fer et de l’acier à moindre coût. On parle aujourd’hui de procédé Bessemer pour désigner cette méthode consistant à souffler de l’air froid dans la masse de fonte en fusion afin d’éliminer les éléments chimiques indésirables contenus dans celle-ci. La chaleur produite par les réactions chimiques permet de maintenir le métal à l’état liquide. Ce procédé nécessite d’utiliser un convertisseur : réservoir rotatif de forme ovoïde pouvant s’incliner vers le haut ou vers le bas, et pourvu de tuyères (conduits) servant à insuffler l’air dans le métal en fusion. Le convertisseur possède également une paroi réfractaire ainsi qu’un bec verseur, et est associé à un réservoir appelé poche pour recevoir le métal transformé.

C’est dans son usine de Sheffield que Bessemer perfectionna son invention de manière à la rendre économiquement viable sur le long terme, et donc commercialisable. Les résultats sont positifs et le procédé Bessemer connaît un immense succès. Il permet de produire massivement de l’acier, ce qui marque un tournant dans l’histoire industrielle du XIXe siècle en Europe. Cette méthode de production resta fréquemment utilisée jusque dans les années 1960. Elle a aujourd’hui disparu, remplacée par un nouveau type de convertisseur utilisant de l’oxygène pur plutôt que de l’air atmosphérique.

Le Musée de l’Histoire du fer conserve des panneaux pédagogiques datant du début des années 1900 et illustrant le fonctionnement du procédé Bessemer. Sur cette planche, on peut observer des ouvriers travaillant auprès de plusieurs convertisseurs au sein d’une usine. Le convertisseur situé en arrière-plan est en train d’être chargé avec de la fonte brute. Celui au centre est orienté vers le haut et rejette une flamme créée par les réactions chimiques que provoque le souffle d’air froid. En fin de réaction, le convertisseur est orienté vers le bas comme on le voit au premier plan, afin que le métal transformé soit versé dans la poche puis transformé en lingots de fer ou d’acier.