Vous êtes ici : Collections scientifiques, techniques et industrielles >> Plaque publicitaire pour les chaînes Brampton

Plaque publicitaire pour les chaines Brampton

Plaque publicitaire pour les chaînes Brampton
1987.14.1
XXe siècle
Fer blanc
H : 38,7 cm ; L : 38,7 cm
Émaillerie Alsacienne Strasbourg - Hoenheim


Cette plaque publicitaire en fer blanc fait la promotion des chaînes de vélo Brampton, une entreprise britannique fondée au XIXe siècle et qui mit au point en 1886 les chaînes à lubrification automatique, avant d’être intégrée en 1925 au groupe Coventry Chain. Ce dernier fusionna en 1930 avec l’entreprise Renold, toujours en activité aujourd’hui et employant 2500 personnes dans le monde entier. Il existe encore des vélos Brampton anciens (à ne pas confondre avec la marque Brompton, plus récente). Dans les années 1950, le vélo était un moyen de transport très répandu, d’où le succès des chaînes de ce type et la publicité dont elles faisaient l’objet.

Les chaînes telles que celle mise en avant sur cette plaque constituent un élément essentiel des vélos modernes (elles sont inventées en 1879). La force motrice du véhicule est fournie par le cycliste qui transmet son énergie par l'intermédiaire de deux pédales fixées à des manivelles. Le mouvement des pédales actionnées par les jambes du cycliste entraîne la rotation d’un élément nommé plateau, qui lui-même entraîne le mouvement de la chaîne à rouleaux. Cette chaîne se compose d’un ensemble de maillons reliés directement entre eux ou par l'intermédiaire d'axes. La chaîne est reliée à la roue arrière du vélo par un ou plusieurs pignons. Si le vélo est muni d’un dérailleur, chaque pignon correspond à une vitesse différente et l’ensemble forme ce qu’on appelle une cassette. Le dérailleur est l’élément qui permet le déplacement de la chaîne sur les différents pignons ou plateaux d’un vélo, afin de le faire changer de vitesse.

Cette plaque représente sur un fond de couleur jaune une chaîne s’enroulant autour d’un pignon. La plaque publicitaire a été réalisée par l’Émaillerie Alsacienne Strasbourg – Hœnheim, fondée en 1923 par l’industriel strasbourgeois Georges Weill. Il s’agit plus particulièrement d’une plaque en émail et Tolaque, ce second terme désignant une tôle peinte cuite au four. Le procédé fut fréquemment utilisé dans les années 1950 et jusque dans les années 1970. L’Émaillerie Alsacienne a cessé son activité en 1992.

SOURCES
www.gracesguide.co.uk/Brampton_Brothers
www.renoldfrance.com/compagnie/histoire/
www.pubemail.com/Pubemail/HISTORIQ/EASEXPO/EAS1.HTM
fr.wikipedia.org/wiki/Bicyclette