Vous êtes ici : Collections scientifiques, techniques et industrielles >> Roue à chien


Roue à chien, soufflet de forge et cloutière provenant d’un atelier de cloutier à Grand

XIXe siècle
Bois, fer, acier, cuir
Provenance : Grand (Vosges)

Roue à chien Inv. N°1961.12.3.
H. :93,3cm, L. : 84,3cm, P. : 41,6cm

Cloutière inv. N° 1961.12.1
H. 37 ;5 cm, diamètre 41,5 cm

Soufflet de forge à double flasque inv. N° 1961.12.2
L : 115,5 cm ; l. : 73 cm ; H. 36 cm



Cette roue à chien faisait partie de l’équipement d’un cloutier, la « manufacture de clouterie forgée à la main Maigrot » établie à Grand (Vosges). L’équipement complet comprend l’enclume appelée cloutière, le soufflet de forge et la roue à chien produisant l’énergie servant à actionner le soufflet de la forge. Son mécanisme est rudimentaire : la roue porte sur un bout de son axe une manivelle qui, à un moment de sa rotation, comprime le soufflet et, à l'autre, le détend au moyen d'un contrepoids.
Un chien de trente kilos marchant à la vitesse de 6 km/h pouvait obtenir une puissance suffisante pour actionner le soufflet de forge. Ainsi le cloutier pouvait travailler seul dans son atelier avec son animal de compagnie. Cette roue à chien a un diamètre relativement petit, adapté à la taille de l’animal. Mis au feu, le fer était chauffé à blanc puis forgé, son extrémité étirée et façonnée en pointe. La tête du clou était modelée sur la cloutière, cette petite enclume à la forme si particulière. Au XIXe siècle et jusqu’au XXe siècle, ce système de roue à chien équipait les clouteries artisanales mais également les coutelleries des Ardennes, des Vosges ou encore des environs de Langres en Haute-Marne. La fabrication des clous forgés à la main, clous à semelles, clous pour les chevaux ou les bœufs, atteignit son apogée vers 1850, puis la clouterie à la main régressa rapidement avec le développement des clous fabriqués mécaniquement. Cette vue d’un intérieur d’une clouterie des Ardennes présente le fonctionnement d’une forge utilisant une roue à chien, vue réalisée vers 1970 aux Hautes-Rivières dans les Ardennes.

 (cliché : Musée de l’Ardenne, Charleville-Mezières, Copyright A. Dumay, photographe à Mézières).