Vous êtes ici : DÉCOUVRIR >> Collections en ligne >> Deux médaillons en fonte de fer de Berlin

Deux médaillons en fonte de fer de Berlin

Deux médaillons en fonte de fer de Berlin
Médaillon en forme de camée et médaillon avec décor de chérubin ailé
Vers 1830
Fonte de fer
1987-12-2
Ovale L : 4 cm l. 3 cm
1987-12-3
L : 3,5 cm l. 3 cm


Le Musée de l’Histoire du fer possède plusieurs bijoux en fonte de fer de Berlin des années 1830 : une croix latine, un médaillon en forme de camée, un médaillon avec un décor de chérubin ailé, une broche en forme de fleur, un bracelet composé de sept cabochons. Au début du XIXème siècle, la mode des bijoux en matière non précieuse se développe. En effet en Allemagne, pendant les guerres napoléoniennes, les femmes ont donné leurs bijoux en or pour contribuer à l’effort de guerre. Elles ont reçu en échange des bijoux en fer, acier, fonte de fer ou résille de fer, produits par la fonderie de Berlin. La vogue des objets en fonte de fer et leur technique de fabrication se répandent alors rapidement en Europe entre 1815 et 1830, en Autriche, en Hongrie, en France et au Royaume-Uni.

Plusieurs bijoutiers parisiens proposaient en 1832 ce type de bijoux. La technique de la fonte permet de produire des bas-reliefs et des médaillons. Le métal (alliage de fer et de carbone) est fondu, moulé pour créér le motif, puis laqué de noir, ciré et patiné pour lui donner un aspect éclatant et le protéger de la rouille. La couleur noire de ces bijoux en fait par excellence des éléments de parure de deuil.

Pour les deux médaillons du musée, nous ne connaissons pas le bijoutier qui les a produits. Les motifs, camée (homme de profil) et chérubin, relèvent de la mode romantique. Ces objets, bien moins onéreux que ceux en métal précieux, sont les premiers " bijoux fantaisie " en quelque sorte !