Vous êtes ici : Collections Beaux-Arts >> Dessin Bonhommé descente d’un cheval dans la mine

Dessin Bonhommé descente d’un cheval dans la mine

Le monde souterrain. Descente d'un cheval dans la mine. Le Creusot
François Bonhommé (1809-1881)

Numéro d’inventaire 1972.3.44
1866
Plume et lavis d'encre noire et brune, rehauts de gouache blanche
23,8 x 16 cm


François Bonhommé (1809-1881), peintre réaliste, s'est attaché durant toute sa vie à transcrire en peinture la réalité de l'industrie en France. Il respecte et admire ces hommes qui, par leur travail, livrent la matière au monde et qu’il nomme “les soldats de l’industrie”.

Fidèle à sa méthode de “peintre-reporter” qui s’imprègne totalement des lieux, des hommes et des scènes de vie d’un établissement avant d’exécuter un tableau, François Bonhommé représente ici un épisode de la vie des mines de charbon. On y voit un cheval en train d'être descendu dans la mine par un puits, les jambes entravées et les yeux bandés, son harnachement attaché au câble. Le cheval, terrorisé, reste pourtant calme et ne bouge pas, tandis que les hommes autour surveillent la manœuvre.

Au fond de la mine, le cheval est utilisé comme force de traction : il permet d’acheminer le charbon extrait par les ouvriers jusqu’à l’ascenseur par lequel il est remonté à la surface. Les chevaux ainsi employés passent toute leur vie au fond de la mine, sans jamais revoir le jour, qui de plus pourrait les rendre aveugles après tout ce temps dans l’obscurité. La mine comporte donc une écurie où les chevaux se reposent et sont nourris. Ils sont généralement bien traités par les mineurs, notamment pour des raisons de rentabilité économique, mais subissent aussi les dures conditions de travail de la mine. Toutefois, la remontée des chevaux se généralise dans les années 1920. Ils sont utilisés dans les galeries souterraines jusque dans les années 1960 en France et, pour les derniers d’entre eux, jusque dans les années 1980 en Angleterre.

Ce dessin a inspiré une gravure Descente d’un cheval dans la mine qui a illustré plusieurs ouvrages de vulgarisation technique comme La vie souterraine (1867), également conservée dans les collections du musée de l'Histoire du fer.